L'amour d'une soeur by AbyssofneantFR
Summary:

Un garçon tsundere commence étrangement a rétrécir,et sa grande soeur finit par le découvrir...


Categories: Gentle, Growing/Shrinking out of clothes, Humiliation, Incest, Maternal Characters: None
Growth: None
Shrink: Lilliputian (6 in. to 3 in.)
Size Roles: FM/m
Warnings: None
Challenges: None
Series: None
Chapters: 5 Completed: No Word count: 8296 Read: 25198 Published: June 30 2013 Updated: March 14 2014

1. Chapter 1, Le Rétrécissement de Simon by AbyssofneantFR

2. Chapter 2: Le secret de Mana by AbyssofneantFR

3. Chapter 3 Un bon bain chaud by AbyssofneantFR

4. Chapter 4 Une poésie pour Mana by AbyssofneantFR

5. Retour a l'école. by AbyssofneantFR

Chapter 1, Le Rétrécissement de Simon by AbyssofneantFR
Author's Notes:

Cette histoire est entiérement en français, je vous conseille donc un traducteur ou des connaissances approfondies.

22 avril 2013.

Je m'appelle Simon Tulaketh. Malgré mon nom, je suis bien humain, et je ne sors pas d'un jeu vidéo bizarre. J'ai 16 ans et je vis avec ma mére et ma grande soeur, la premiére a 42 ans, la seconde en a 19. Personnellement, j'ai les cheveux qui tombent aux épaules, blancs et j'ai les yeux rouges. Je mesure environ 1m80 pour 54 kilos. Je suis trés timide de nature, et mordant avec les personnes que je ne connais pas. On me dit généralement que je suis beau, mais que je ressemble un peu trop a une fille.

J'aime profondément ma famille, ma mére, Flore, ne pourrait être une meilleur mére qu'elle ne l'ai actuellement. C'est une belle femme, cheveux brun arrivant jusqu'au fesses bien arrondies. Sa poitrine était incroyablement grosse et bien faite. On dirait des ballons au toucher. Je le sais car je dois les toucher pour lui faire le bisou de bonjour tout les matins, car elle mesure 2 métres, pour 87 kilos.

J'aime également ma soeur, Mana, aussi calme que moi, mais elle a tendance a rougir dés qu'un garçon lui addresse la parole. Je ne parle pas souvent avec elle, mais, contrairement a beaucoup de petits fréres, j'aime ma grande soeur. je ne sais pas si c'est réciproque. Elle a les cheveux bruns de sa mére, qui arrivent a la même longueur, et de beaux yeux bleu clair de feu mon pére. Sa poitrine était également assez impressionante. Je ne l'ai jamais touchée, mais je sais qu'elle fait au moins la taille de ma main.

C'est donc un 22 avril, en premiére année de lycée. Je suis en premiére année de lycée, et nous sommes au second trimestre. Evidemment, je n'ai aucun amis dans cette classe, et je repousse systématiquement n'importe quelle type d'approche. A la fin du cour de SVT, une fille assez jolie m'arréte aprés la porte en tentant de communiquer. "Simon? je...je..." bégaye-t-elle. Je l'écoute sans réagir. Elle n'arrive pas a parler, cette fille est pétrifiée. Ca m'agace, donc je me remet a marcher sans un mot. "Attend! par pitié, attend...". Elle a les larmes au yeux. Mais je suis impartiable "Ecoute, je ne parle pas beaucoup, et je n'aimerai pas parler pour sortir des débilités pareils. Lâche moi." lui dis-je, en m'éloignant. Je me doute bien qu'elle commence a lâcher des larmes, mais je m'en fiche. 17h, la journée est finie. Je n'habite pas loin du lycée, donc je retourne chez moi a pied. Et là, la même fille m'arréte, les yeux boursouflés et rouges, comme si elle venait de pleurer. Elle se jette sur moi, et je sens que quelquechose s'introduit dans mon ventre. Une douleur lancinante m'accable, et je m'agenouille. Il n'y a personne a part nous deux. Il n'y a aucune marque sur mon t-shirt noir, mais la douleur est là. La fille me regarde, avec des larmes qui lui reviennent aux yeux, puis elle part en courant vers le lycée.

Ca ne me fait plus mal, j'arrive a me relever, j'inspecte mon estomac en levant mon t-shirt. Rien. Pas un trou, pas de sang, ni de plaie. La douleur a disparu, et je me remet en marche vers chez moi. Je me demande bien pourquoi cette fille a fait ça, mais surtout: Qu'a-t-elle fait? 17h30, j'arrive devant ma porte d'entrée, j'ouvre la porte. "C'est moi" dis-je avec ma voie calme habituelle, tentant d'oublier cette histoire. "Bonjour mon coeur" me répondit immédiatement ma mére. Pas de réponse de ma soeur, évidemment. Je vais poser mon sac dans ma grande chambre bien rangée (Oui, je suis un peu maniaque), et je vais directement dans la salle de bain. Je commence a faire couler l'eau chaude, puis je me déshabille. Une fois nue, j'observe mon corps sans poils, la où j'ai ressentie la douleur. Rien d'inhabituelle. La baignoire et pleine, et je me glisse dans l'eau avec délice. Je repense a cette fille blonde, dont je ne connais même pas le nom. Je me demande comment ce genre de personne peut-être triste dés qu'on leur dit "Non". Moi je ne demande jamais rien, je n'ai pas de raison d'être joyeux ou triste. Bref, je sors du bain, et j'ai soudain un énorme flash. Des milliers de couleurs affluent sur mes yeux, et je tombe a la reverse.Je me reléve, j'ai mal au crâne. J'ai ma serviette sur mon pénis. "Au moins, tu as été protégé" me dis-je, en ricanant. L'eau devait être trop chaude, ce devrait être la raison du flash.

"Simon, a table!!" crie ma mére. Je quitte le confort de mon lit et ma lecture pour aller manger. Je descend les escalier, et je trouve ma mére et ma soeur déjà attablée. Je m'asseoit en bout de table, comme d'habitude. Les pâtes sont servis. "Bon appétit" disons-nous tous en choeur. Aprés manger, je me léve et fais un bisou sur la joue de ma mére, en train de faire la vaisselle. Etrangement j'ai du mal a l'atteindre, et je suis obligé de me mettre sur la pointe des pieds. Je n'ai jamais eu a faire ça auparavant. Mana se léve a son tour, et nous faisons la courbette habituelle. Elle léve sa jupe en inclinant la tête, et je place ma main sur le coueur en inclinant le dos vers l'avant. C'était en générale notre seule communication de la journée. Je suis assez fatigué, je monte donc les marche pour aller directement me coucher. A peine me suis-je allongé et passer la couverture sur mon corps, que je m'endors profondément.

On est samedi aujourd'hui. Je me léve en m'étirant, et je saute du lit. Une fois les pieds au sol, je m'aperçois que quelquechose ne vas pas. Mon bas de pyjama glisse a mes pieds. Il était pourtant bien serrer hier! Je le remt en place et en tentant de sortir de la chambre, je m'aperçois que ma tête est au niveau de la poignée de ma porte. Cette poignée m'arrivait au niveau du thorax. Quelquechose ne vas pas pas. J'ouvre la porte et je sors dans le couloir, lui aussi me semblant plus grand. je commence a me précipiter, ce qui ne me ressemble pas. A la fin, je heurte quelquechose au niveau de la cuisine. Je léve mes yeux, et ne voit rien d'autre que le doux visage de ma soeur, penchée sur moi. "Désolé" murmerai-je. Elle en fit autant et, m'attrapant par le bras, elle m'aida a me relever. Une fois debout, nous restions bouche bée tous le deux. Je lui arrivai sous la poitrine! Alors que j'étais plus grand qu'elle hier! Ses yeux bleus sont écarquillés, tout en tentant de rester calme. Moi je suis térrorriser. Ma soeur a deux têtes de plus que moi.

"Où... où est maman, Mana?" Bafouillai-je. "Elle est... partie ce matin. En voyage d'urgence. Pour le boulot." Elle était aussi étonnée que moi, mais pas dans le même sens. Soudain, une douleur lancinante m'arrache l'estomac. Je me met a hurler de douleur, me recroquevillant par terre. Mana se jette sur moi. "Simon!! Que..." Elle se tut quand devant ses yeux, je recommença a rétrécir. La douleur passée, Mana m'aide a me relever doucement. Mais mes vêtements tombent par terre, excepté mon haut. Je suis debout, devant ma soeur qui faisait maintenant le double de ma taille, le bas du corps entiérement nus. Ma tête commença a tourner. Mana s'agenouille afin de se mettre a ma taille. Je lui murmure "A l'aide..." avant de tomber a la renverse. Ma chute fut stopper par les douces mains de ma grande soeur qui me stoppent au niveau du dos. Tout devient flou, puis je m'endors dans un sommeil sans rêve

End Notes:

J'espére que ca vous a plus. N'hésité pas a commenter afin d'améliorer le roman (Qui n'est bien sur pas fini).

Chapter 2: Le secret de Mana by AbyssofneantFR
Author's Notes:

Mes amis, c'est la que commence la vrai histoire. Bonne lecture

Mes yeux s'ouvrent peu a peu. J'ai un mal de crâne absolument horrible. Je suis bien installé, la surface sur laquelle je repose est chaude et douce. Je tente de me relever, mais ma tête me fait mal, et je gémis faiblement. "Chut, reste calme" me dit une vois apaisante, féminime mais étrangement forte. Je me sens soulevé dans les airs, et, aprés quelques mouvements en suspensions, je sens une surface laineuse sous mon dos. Je ne voyais rien, il devait y a voir quelquechose sur mes yeux, qui m'obstruait la vue. Une douce et chaude forme se posa sur mon ventre, et couvrant de mon nombril a mon thorax. Ce qui obstruait ma vue fut enlevé, et je pu voir la lumiére du jour. Mana me regardait par dessus mon corps allongé. Elle semblait consternée, et c'était sa main qui était posée sur mon ventre. Sa main qui couvrait mon ventre et ma poitrine. Les souvenirs refluaient dans ma tête, et je commença a paniquer. Lorsqu'elle vit que je perdais mon calme, Mana augmenta doucement la pression sur mon corps. "Chut" répeta-t-elle "Reste calme". Mais je ne peux rester calme. "Bon sang Mana!! Que m'arrive-t-il? Vous avez grandis? Je suis en train de rêver? Pitié...". Elle me regarda, on ne pouvait rien déceler dans ce regard. "Non Simon, C'est vous qui avez rétrécit." Je reste un moment sous le choc, mes yeux dilatés. Je ne veux pas croire cela. Mais je regarde la main de ma soeur, qui recouvre tout mon buste. Alors je parviens a m'asseoir lentement, Mana déssérant son étreinte, et j'appuie mon dos contre le ventre de ma soeur, entre ses deux jambes. Je regarde en haut, et je vois les deux énormes seins de Mana qui pendent au dessus de ma tête.

Je ne peux pas supporter plus. Mes yeux se mouillent d'eux mêmes, je commence a hocqueter, puis je fond en larmes cachant mon visage dans le ventre mou de ma soeur. Je pleure comme un enfant de 6 ans, laissant partir toute les larmes de mon corps, mouillants mes cheveux blancs. Mana posa une main sur mon dos, qui couvrait jusqu'a ma nuque. Cela ne me rassure que momentanément. Je n'ai jamais vraiment parler a ma soeur, et là, j'étais en train de pleurer contre son ventre comme un fils pleur sur l'épaule de sa mére. Mana ne disait rien, cela me contentait bien plus que n'importe quelle parole. 10min plus tard, je suis toujours blottit contre ma soeur, mais je ne pleure plus. Mana m'éloigne doucement de son corps et pris mon menton dans sa main apaisante. Elle me léve la tête, m'obligeant a la regarder droit dans les yeux. Elle est vraiment belle, de ce point de vue. Je me demande a quoi je doisbien ressembler. Je dois avoir les yeux gonflés et le visage rouge. "Simon, ça va aller..." me dit-elle. Je m'efforce de lui sourire, chose a laquelle je ne suis pas habitué, puis elle me lache le visage, et se léve du canapé où je reposait quelques minutes plus tôt.

"Pendant que tu dormais, j'ai appelé maman" me dit-elle, en montrant son téléphone portable. Je repris un peu espoir. "Qu'a-t-elle dit?" demandai-je lentement. "De n'en parler a personne" répondit ma grande soeur, en baissant les yeux. Je reste pétrifié un long moment tandis que Mana retourne dans la cuisine. Pourquoi ma mére ne voudrait pas parler d'un probléme si grave, touchant son propre fils? Je tente de sauter du canapé, mais je m'écroule dés que je touche le sol. Heureusement, je n'ai pas fait de bruit, ce qui n'a pas halerté Mana. Je me reléve difficilement a l'aide mes bras, mais je parvins a rester debout, et a marcher vers la cuisine, a la recherche de Mana. Je la trouve prés du buffet, en train de préparer un sandwich. Je murmure faiblement son nom, et elle se retourne. Elle s'aperçoit que je peux marcher, et l'ombre d'un sourire apparait sur son visage, qui disparait aussitot. C'est son caractére, tout comme le mien. On ne peut se permettre de sourire aussi facilement. "Tu as fin?" Comme pour m'obliger a répondre, mon ventre se mit a gargouiller. "Oui... s'il te plait...". Elle s'avance vers moi et s'accroupie en me tendant la main qui tenait le casse-croute. Je le pris timidement en murmurant un "Merci" difficilement perceptible, mais que ma soeur avait bien compris. Avant de se relever, elle posa sa grande main sur ma tête et carressa ma lisse chevelure dans le sens du poil. Cette action me fit frissonner, et j'aime ça. Avant que je m'en rende compte, mon pénis se fit plus dur, et je me rappelle que je n'avais plus de pantalon. Je me retourne vivement, afin de cacher cela a Mana. Elle se releva dérriére moi avec un petit rire étouffé.

Je me rend compte que j'ai pleuré contre le ventre de ma soeur alors que je n'avait pas de pantalon, ce qui veut dire que mon sexe était... Je ne veux pas y penser. C'est ma soeur, je ne peut pas l'aimer comme ça. Mon énorme sandwich a la main, je retourne dans le salon, où je m'asseoit par terre afin de manger plus facilement. Ca me fait mal la tête quand je mastique, vraiment mal. Je m'efforce tout de même a tenter de l'avaler. Mana arrive dans le salon, toujours en pyjama. Sa petite jupe noire est trés attrayante, et son débardeur laissait entrevoir toute ses formes. Elle est pied nue. Lorsque je la regarde d'aussi bas, elle vraiment magnifique, et je commence a rougir. Je toure vite la tête en mastiquant mon sandwich. Trop vite. Je laisse partir une plainte de douleur. "Tu n'arrive pas a macher?" me demande ma soeur, consterné. "Non, j'ai trop mal a la tête". Alors, sans un mot, Mana s'asseoit a cotés de moi, ses jambes paralléles au miennes, opposant sa taille gigantesque a la mienne, diminuée. Elle me prit mon sandwich des mains et en croqua un morceau. Elle le mache pendant une vingtaine de seconde, puis elle me fait d'approcher avec son doigt. Ce que je fais. Je sais ce qu'elle veut que je fasse. Elle me mache ma nourriture, puis elle me la met dans la bouche, comme pour les oiseaux. Mais non! je ne veux pas de la nourriture machée préalablement dans ma bouche, et encore de la salive de ma soeur. Mais... j'ai faim. La main de Mana me pousse par le dos, juste devant elle. Debout, j'arrive au menton de ma soeur, qui est assise. Je rougis comme une jeune fille lors de son premier baiser. "Mana..." Je n'ai pas le temps de finir. Ma soeur a profité de l'ouverture de ma bouche pour coller ses lévres au miennes. Je ne bougeais plus, laissnt la nourriture s'écouler de la bouche de ma grande soeur a la mienne. J'avalais tout sans réagir, même la bave qui coulait dans ma bouche. Je ferme les yeux, je ne sais pas pourquoi. Je ne le veux pas, mais j'aime cette sensation. Ce sentiment d'impuissance face a ma magnifique soeur durcie mon pénis. Ses lévres s'éloignent des miennes. Mana recroquent dans le pain, le mache et se rapproche de moi. Je tombe a genou, alors ma soeur se baisse encore jusqu'a ce que ses lévres refusionnent avec les miennes. Je laisse de la bave s'échapper de ma petite bouche, elle coule sur tous le côté droit de mon visage.

Je me retrouve allongé sur la moquette, prés du canapé. Quand j'ai enfin rouvert les yeux, j'ai remarquer que Mana aussi avait rougis. Quoi de plus normal, aprés une action pareil. Au moins, ma faim était apaisée. Mais, en baissant les yeux, je remarque que mon pénis est toujours aussi gros. Je dois arréter de penser a ça, bon sang! C'est ma soeur, et elle m'aide de son mieux! Ce désir est stupide. J'ai toujours aimé ma soeur, mais pas comme ça! Mais je ne peux pas m'en empécher... Mana me regarde, un petit sourire en coin. "Tu vas bien, Simon?" m'a-t-elle gentiment demandé. "Oui... Merci grande soeur... Euh, pour le repas!" J'ai encore rougis. Elle est étendue a coté de moi, je vois bien qu'elle a deux fois ma taille là. Elle se léve, et se penche au dessus de moi. "Tu as des miettes sur la joue" dit-elle, toujours avec ce sourire. "Oh... je vais l'enlever, grande soeur, ne..." elle a collé son index sur mes lévres, et je n'ai pas pu finir ma phrase. Son visage se rapproche du mien et sa fine langue sors de son étroite bouche. En un seul coup de langue, Mana m'a complétement trempé le visage. "Delicieux!" Dit-elle en souriant. Oui, ma soeur me sourit! A moi... sans le dissimuler. "Mana, ça veut dire quoi?" demandai-je, tout en rougissant. Pour réponse elle sort sa langue et léche mes lévres. Je ne fais rien, je reste juste là, émerveillé par la sensation de la langue de ma grande-soeur sur mes lévres. C'est magique. Elle retire sa tête et sa longue chevelure brune en arriére. "C'est un secret, mon petit Simon" me dit-elle en souriant.

A la fin de sa phrase, je me sentai troublé, je n'ose pas comprendre. Malheureusement, mon ventre se déchire a nouveau, et je me remet a hurler de douleur en m'agenouillant. Mana m'enferme dans dans bras, mais je continue tout de même a rétrécir. Je léve mon regard noyé de larme dans les yeux de ma soeur impuissante, et je la vois grandir, grandir et grandir. La douleur est trop forte, je m'évanouie encore une fois, mon corps entier tombant sur la cuisse Mana

End Notes:

Voila le chapitre deux. Le trois promet encore plus. Qui n'a pas révé d'un bain avec une géante?

Chapter 3 Un bon bain chaud by AbyssofneantFR

Lorsque j'ouvre les yeux, la douleur est beaucoup moins présente que la derniére fois. Bien sûr, j'ai une douleur a l'estomac, mais je parvins a me relever facilement. Je regarde autour de moi. Je suis toujours dans le salon, mais cette fois, il est beaucoup plus grand. Lorsque je me retourne, je tombe en face du canapé, qui faisait maintenant deux fois ma taille. Je ne pouvais en toucher le bord qu'en sautant. Où est Mana? Elle n'est pas dans le salon, je marche donc vers la cuisine. La route est beaucoup plus longue. Heureusement la porte est ouverte, et je me glisse a l'intérieur de la cuisine. JE léve la tête vers la table, puis vers le réfrigérateur, et enfin vers le buffet. Nulle part. Je ressors de la cuisine, une étrange boule au ventre. Je marche a nouveau vers le canapé et, tant bien que mal, je parviens a m'accroché sur le rebord en cuir et a me hisser sur l'assise. Je me remémore la situation. J'ai reçu une piqure de la part d'une fille capricieuse. Puis, le lendemain matin, je me retrouve a une taille inférieur a celle de ma soeur, face a laquelle j'étais plus grand auparavant. Une douleur lancinante. A mon réveil, je suis deux fois plus petit que ma soeur. Pour la premiére fois de ma vie, j'ai pleuré sans me cacher. Ma soeur me donne a manger part sa bouche et me léche les lévres. Encore une douleur, et me voila encore plus petit, sans la moindre idée de ma taille comparée a celle de Mana. Il y avait de quoi devenir totalement fou. Mais le sang-froid est l'une des qualités d'un tsundere.

Je rêvasse, assis sur le canapé, les jambes perpendiculaires a mon corps, quand soudain j'entend la douce mais tonitruante vois de Mana. "Simon, tu es réveiller?". Je réfléchis avant de répondre. La vois venait du haut des escaliers. "Oui..." répondis-je faiblement. Je n'ai aucune envie de parler fort, et je n'en ai pas l'énergie. "J'arrive!" repondit-elle. En y réfléchissant, nous n'avons jamais autant parler que dans cette situation. D'un coté, cela pouvait avoir du bon. J'entend les pas furtif de ma soeur descendre lentement les marches une a une, en fredonnant une mélodie. Mana ne chantait, ni ne fredonnait, pourtant pas. Elle arrive dans le salon, tourne son regard vers le canapé, et son visage s'illumine d'un sourire dés qu'elle me voit. Encore une fois, je rougis, je ne peux pas m'en empécher. "Tu as toujours mal?" demanda-t-elle en s'agenouillant devant le canapé. Elle était immense, par rapport a moi. Son visage doit couvrir les deux tiers de mon corps. Fixant son visage souraint, je lui répond en roougissant encore plus et détournant le regard "Je vais mieux, juste une boule au ventre". "Dieu merci!" s'exclama-t-elle, son visage s'illuminant encore plus. Qu'elle était belle. Je la contemplait, rouge comme une écrevisse, la bouche a moitié ouverte.

Sa proposition est soudaine et inatendue. "Veux-tu un bon bain chaud? Ca te ferait du bien..." Elle rougit un peu. Pire pour moi. Je commence alors a bafouiller incompréhensiblement, avec dans la tête l'image de ma grande soeur en train de me laver sur sa cuisse. Evidemment, mon sexe se durci. Il faut vraiment que je trouve quelquechose a me mettre pour couvrir ça. Elle pose ses deux index sur mes épaules, les couvrants complétements. Je commence a respirer avec difficulté. "Allez, Simon... Il faut te laver, sinon, tu sentira mauvais" dit-elle, avant de s'humidifier langoureusement les lévres. "Je... J'ai déjà pris une douche ce matin...". Elle se léve, et me montre sa cuisse gauche du bougt de l'index. "Est-ce que tu as la moindre idée de la quantité de transpiration que tu as sortis?". Le bout de sa jupe était trempé. Je me sent au niveau des aisselles. Je sent la transpiration, c'est puant. Mana a l'air d'insister. "O...OK. Mais vite alors..." dis-je faiblement. Ma grande soeur saute sur ses pieds, et se penche rapidement vers moi. Elle me saisit par les aisselles, me fit pivoter, et me plaça en position allongée sur son avant-bras. Ma tête est calée sur son coude, et mes pieds sur son poignet. Elle me porte avec une facilité déconcertante, comme une mére porterait un bébé quand elle va lui donner le sein. Dans cette position, Mana commença a marchervers les escaliers, son sein droit claquant sur mon ventre a chacun de ses pas. Cela me durcit encore plus, et elle en rigole timidement.

Devant la porte de la salle de bain, Mana me pose a ses pieds, pour ouvrir la porte. Debout, je lui arrive au genou. Elle ouvre la porte de la salle de bain et me fait signe d'entrer, avec sa jambe. La salle de bain, comme le reste de la maison, est assez grande. Une toilette, deux éviers, une douche et une baignoire. Mana s'approche de la baignoire, et fait couler l'eau. Je ne vois pas si c'est la chaude ou la froide. Mais, peu aprés, je vois de la fumée sortir de la baignoire, c'est donc de l'eau chaude. Je fais de mon mieux afin de cacher mon sexe en croisant mes mains au dessus et en remontant les genoux vers ma poitrine, en position foetale, mais je sais trés bien que Mana a conscience de ce que je tente de cacher. Au bout de quelques minutes, ma grande soeur arrête de faire couler l'eau, s'approche du coin où je suis recroquevillé et tend les mains vers moi. Je me reléve timidement et j'avance vers sa main droite, qui fait la moitié de mon corps. Doucement, Mana me saisit par le bras droit, puis me prend le gauche et me souléve dans les airs, mes jambes planant au dessus du carrelage de la salle de bain. Elle me leva au niveau de son visage, et me sourit une fois au niveau des yeux. Puis, tendrement, elle m'abaisse et me laisse glisser dans l'eau chaude de la baignoire. C'est trés agréable. La chaleur enveloppe me corps, et me réconfortent un peu sur ma situation. Bref, je me detend. Le menton sur le coté de la baignoire, Mana me regarde patauger dans l'eau comme un bébé. La baignoire est remplie, je n'ai donc pas pied, et ma soeur me regarde avec amusement en train de tenter de garder la tête hors de l'eau. "Je reviens dans un instant" me dit-elle, calmement. "D'accord..." ai-je murmuré. Elle sortit de la salle de bain, avec une légére hâte dans son mouvement. Pendant quelques minutes, je reste là, flottant dans l'eau et ne pensant a rien, faisant le vide dans mon esprit. Il y a surment un moyen de revenir a ma taille normale. Il faudrait retrouver cette fille blonde, et lui demander. Je pousse un léger soupir. Je n'ai pas la moindre idée de ce que je dois faire. La porte de la salle de bain s'ouvre, je me redresse pour mieux voir. La vision qui m'apparue fut la chose la plus éblouissante que je n'ai jamais vu. Ma soeur entre dans la salle de bain, ses longs cheveux bruns flottants derriére ses gracieux mouvements. Mais elle était complétement nue. Je rougis a un point incroyable, et je me retourne vers le mur, afin de ne plus voir ma magnifique soeur complétement nue devant moi.

J'espére que ça n'ira pas plus loing. Je me rend compte que je me suis planté en voyant le gigantesque pied de ma soeur glisser doucement dans l'eau chaude du bain. Je me retourne instantanémentmais je vois l'autre pied plonger de l'autre coté, ce qui veut dire... Je léve les yeux et j'ai tout juste le temps de me propulser en arriére grâce a la paroi du bain avant que l'énorme bassin nu de ma soeur s'enfonce dans l'eau. Mana pousse un large soupir de décontractionlorsqu'elle fut assise, les jambes de part et d'autre de la baignoire, et moi nageant au milieux. Mon visage était rouge. Je ne peux décrocher les yeux du corps de ma soeur. Mais je sais que dois le faire, car elle est ma soeur. Avec un effort surhumain, je parvins a baisser les yeux sur mon thorax, et je m'aperçois que je suis toujours aussi dur. "Simon..." m'appela-t-elle. Elle hésite. "Ils te plaisent?" me lança-t-elle, en soulevant ses deux enormes seins. Je me remis a la regarder, plus honteux que jamais. Je regarde vers son visage, et j'y aperçu un sourire. Qu'arrivait-il a ma soeur, d'habituelle si froide et distante? ""Je..." Je ne peux rien dire d'autre. Alors, je vis sa main droite s'approcher doucement de moi, sous l'eau, m'effleurant la côte droite, se plaqua contre mon dos, et commença a me tirer vers ma soeur. Je dois me débattre, mais je ne parviens pas a m'y résoudre. Je suis totalement subjugué.

La main de Mana plaque mon petit corps fragile contre son sein droit. Le sein couvre les deux tiers de mon corps. Je me sens honteux, je ne peux rien dire, rien faire. Mana laissa échapper un petit rire. "C'est confortable, n'est-ce pas?". Je fis signe que oui avec la tête. Son mamelon était coincé contre mon nombril, trop petit pour l'acueillir. "Allez, petit frére, il est temps de se laver". Ces mots résonnérent dans mes oreilles. Mana l'avaient dit d'une maniére si sexy, que je ne pus m'empécher de frémir. Sa main me tire hors de son sein, et me décale vers sa cuisse. Je m'asseoit prés de son genou, laissant mais pieds flotter a la surface de l'eau. Toujours en souriant, Mana pris la bouteille de shampoing sur le bord de la baignoire, et s'en versa sur la main gauche. Sa main droite me saisit doucement la hanche et me rapproche dangereusement de son ventre. Heureusement, elle me fit pivoter et plaque mon dos contre son nombril, l'endroit où j'avais pleurer, un peu plus tot. La main de ma soeur se posa dans ma chevelure blanche, tandis que l'autre me gardait doucement immobile sur le ventre de Mana. Le liquide coule sur ma tête, et Mana commence a frotter mes longs cheveux blancs, dans le sens du poil. Ses doigts fins faisaient un travail d'expert. Ils enlevent les noeuds, ne font pas mal, même a ma taille actuelle, et vont aisément jusqu'au pointes. Mana avait fait un stage assez cours en coiffure, mais le résultat est incroyable. "Voila, je te rincerai aprés avoir lavé le corps". Le corps, j'ai bien entendu

La main de Mana qui me retenait prisonnier se relache, et je m'éloigne un peu du corps de ma soeur."Pas si vite, Simon" dit-elle calmement. J'arréte de m'éloigner, mais sans tourner le regard vers ma soeur. J'aurais du. La main droite de Mana m'aggripe la hanche et me tire. Ma soeur léve sa gigantesque jambe droite, et la colle contre le mur de la salle de bain.Je suis tiré de l'eau et placé sur la cuisse en suspension de ma soeur. Je léve les yeux vers son visage, et je la vois se lécher les lévres. C'est mauvais signe. Mana léve un gland plein de mousse et l'avance vers moi. Je regarde tout a coup mes pieds, qui touchent la hanche de ma soeur, et je vois une petite partie des lévres de sa chatte hors de l'eau. Je rougis encore. Le gant mousseux se plaça sur mon thorax, et commença a tracer des cercles sur mon corps. Mana faisait tout lentement, en prenant soin de ne pas me blesser en me brulant a cause du gant. Lorsque je sens que le gant arrive vers mon bassin, je met instinctivement mes mains sur mon sex. Mana léve légérement le gant. "Simon! laisse moi te laver, retire tes mains" C'est la premiére fois qu'elle utilise un ton si autoritaire. Cela me fit peur. "Mana... Je ne..." bafouillai-je, en me tortillant de honte sur la cuisse de ma soeur. "Enléve tes mains, s'il te plait". Elle a reprit son ton habituelle. Je me sens plus en sécurité, alors doucement, lentement, je retire mes petites mains de mon pénis dur. Je n'ai jamais eu aussi chaud. Mana hésite avec son gant. "Non, il te ferait du mal." et elle hote le gant, laissant seule sa main mousseuse s'apprcher de mon bassin. "Mana,non!" suppliai-je faiblement.

Trop tard, l'index de ma grande soeur est en train de carresser mon sexe. Je ne peux plus tenir. Le doigt si fin et délicat de ma soeurfait glisser la peau de mon pénis d'avant en arriére, m'excitant affreusement. Je laisse échapper un petit gémissement, digne d'une petite fille. "Oh... Je croyais que tu étais un homme, Simon" railla-t-elle, en continuant son acte. De plus en plus fort, cela m'arrache de plus en plus de petits gémissements incontrolables. "Mana..." dis-je avec une voix de détresse. Je suis en train de m'étonner a quel point je ressemble a une fille. Mes petites plaintes plaintes excitent Mana, elle aime ça. "Plus fort, petite soeur!" m'ordonna t-elle, avant d'enfermer mon sexe dans sa main fermée et de me masturbé. "Vas-y, crie! c'est si drôle" elle a un large sourire fermé sur son beau visage. Je ne suis pas sûr que je soit mouillé par l'eau ou par la sueur. Je m'en fiche. J'étais au point culminant. "Mana, pitié, arrête!" hurlai-je dans un dernier cri éfféminé. Mana éclate de rire, Tout mon sperme se décharge sur la main et la cuisse de ma soeur, me faisant pousser une longue plainte feminine, ce qui acheva également ma soeur, créant une large flaque blanche au dessus de son nombril.

En train de me sécher, Mana me demande si j'ai aimé. Je n'ai pas répondu. Je suis a genou et j'ai encore les joues rouges faces a ce qu'ils vient de se passer. Mana pars et revient, avec un pyjama une piéce pour bébé, rose avec la tête d'Hello Kitty sur le torse. Sans me demander mon avis, ma grande soeur me le fit enfiler puis elle s'exclama: "Il te vas parfaitement! Il était a moi, alors que j'avais a peine 2 mois". Ma soeur en nourrisson, voila a quoi était réduit ma taille. Le pyjama était doux et confortable, mais terriblement humiliant. Mais je ne pouvais plus penser a ça. Car ce n'était surment pas fini. Mana avait un sourire radieux sur le visage. Mon ventre grogne. "OK, j'ai compris, petite soeur, allons manger". Elle me remit en position de nourrisson, et elle repartit vers la cuisine. Je me sentais étrangement en sécurité dans cette position

 

Chapter 4 Une poésie pour Mana by AbyssofneantFR
Author's Notes:

Ce chapitre met en avant la romance d'un tsundere, ainsi que sa qualité a faire des rimes.

Et pour me pardonner du retard, je vous poste une image de Simon et Mana, si les choses avaient été autrement

Je ne veux plus penser a cette fin dans la salle de bain, j'ai trop honte, bien qu'un sentiment étrange me tord l'estomac. Je suis assis sur la table de la cuisine, regardant Mana travailler vers le four a gaz. Je suis toujours accoutré de ce pyjama de gamine, mais je fais de mon mieux pour ne pas m'en préoccuper. Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que ce serait une mauvaise idée de déplaire a ma soeur. Je me rappelle ce moment dans la douche, mes gemissements et mes plaintes. Ils étaient si innocents, si féminins... j'en rougis moi-même. En tout cas, cela a plu a Mana. Le velour du pyjama Hello Kitty frottait sur mes fesses dés le moindre mouvement, encore un coté désagréable de cet accoutrement. Ma gigantesuq ese soeur se mouvoit avec sa grâce naturelle dans la cuisine, laissant sa chevelure flotté derriére sa silhouette fine. "Simon, il faut que je te demande quellequechose..." lança-t-elle, en se retournant. Ses lévres faisaient une moue, comme si elle était génée. En générale, elle fait cette tête quand elle doit demander quelquechose d'important. Je crois que je n'ai vu que deux fois cette moue sur son visage. La premiére fois, quand elle avait demandé a maman une boite de tampon. J'avais dix ans, si mes souvenirs sont exactes. La seconde, quand elle avait demandé a maman si elle pouvait aller a une fête. J'avais douze ans, et c'était la premiére et derniére fois que ma soeur a participé a une faite. Je ne connais bien sûr pas les détails, mais cette moue timide était assez mignon a voir. Là, c'était carrément magnifique. Je ne veux pas la décevoir, si ce n'est pas excessif. Mais c'est la premiére fois que ma grande soeur, si forte et si fiére, me demande de l'aide, a moi, son petit frére, maintenant chétif et inutile. "De quoi s'agit-il, Mana?"

"Eh bien..." Elle rougit. Elle ne vas quand même pas me demander d'aller dans son lit ce soir? "J'ai pu entendre que tu chantes assez bien" murmura-t-elle. Eh bien, je pense qu'on peut dire ça. C'est vrai qu'on me le disait souvent. Vu que je ne parle jamais a personne, mon passe temps favorie, a part la lecture, c'est la chanson. Je fredonne souvent dans les couloirs du lycée. D'ailleur, on m'a souvent invité a rejoindre la chorale de l'école, mais bien sûr... Je hoche positivement la tête, tout en restant a l'écoute. Mana ferme les yeux et lance: "Je veux que tu chantes pour moi, s'il te plait". Je m'en doutais un peu, mais je ne vois pas ce qu'il y a de si difficile dans une demande pareil. Je lui sourit "Bien sûr" lui dis-je. J'étais heureux que ce ne fut que ça, mais quelquechose d'autre me trotte dans la tête. Elle sourit, joint ses deux mains paralléllements sur sa joue droite, et crie "Merci!". Mais... Elle est vraiment contente, heureuse. Cela me fit rougir un peu, mais pourquoi est-elle si contente? Dans le doute je lui demande: "Mana... je ne chante jamais dans la maison, que ce soit dans le couloir, au toillette, ou au bain. Le seule moment où je me met a chanter, c'est le soir, vers minuit, quand je n'arrive pas a m'endormir. Alors... comment as-tu pus m'entendre assez bien chanter?" Cette question lui ote son sourire et lui ote son sourire et lui délit les mains, qu'elle laissent pendre au coté de son corps. Elle baisse la tête, cachant son visage sous sa chevelure brune, mais je peux deviner que je lui ai porté atteinte. Je ne veux pas. "Euh.. Mana... tu n'as pas a me répondre, tu sais, c'est juste..." Elle ne me laisse pas finir, reléve la tête et plaque son pouce contre mes lévres. Heureusement, j'ai eu le temps de fermer la bouche. Elle met son index sous mon menton, et me reléve la tête, afin que je la regarde dans les yeux. "Chante, et je te le dirais" murmura-t-elle. son pouce couvre toute ma bouche et mes joues, et son index frole mes pectoraux. Elle est vraiment immense. C'était du chantage, mais un chantage originale. Cela me plaît.

"Ma trés chére soeur, je vais te chanter Empoisonnée"lui dis-je, retirant ma tête de l'étreinte des deux doigts gigantesque en reculant. Elle sourit, et s'assit sur une chaise, posant ses énormes seins sur la table, sa robe de chambre couvre ses mamelons, mais pas la vallée qui les séparent. Je tente de détourner le regard, je m'éclaircis la gorge, et je n'ai pas le temps d'ouvrir le bouche que l'énorme, mais douce, voie de ma soeur me stoppe. "Avance un peu, Simon. Ta voix est plus inaudible vu que tu fais un quart de ma taille, tu sais" dit-elle en souriant. Je la regarde un moment, je crois voir sa langue sortir de ses lévres, mais c'est juste une apparition. Je m'avance vers elle, je m'arréte a dix pas de sa poitrine posée sur la table. "Encore un peu, petite soeur". Ce surnom m'insupporte et me refait penser a l'histoire du bain, mes gémissements, le doigt et la main de Mana. Je baisse la tête et m'avance encore. Cette fois je m'arréte juste devant sa poitrine, et je reléve la tête, tout en oubliant sa derniére remarque. A mes yeux, ma taille va de sa poitrine a son petit nez. Je soupir, regarde le sourire qui rayonne sur le visage de ma soeur, et je commence a chanter:

Je suis ton regard Tu croise le mien A présent, il est déjà trop tard
Tous ces faux semblants  Ont le même gout  Que la folie, nous empoisonnant
Cacher mon coeur Et briser le tien Est-ce une erreur? Ou bien le destin?
Tes soupirs Et tes sourires Je vais te les arracher!
Les mots que je te sussure chaques nuits Hantent toutes mes journées Tu ne peux pas échapper Au délicieux piége de ma poésie
Tu me crois distant Tu baisses ta garde Ma douce belle au bois dormant
Le doux poison Qui coule dans mes veines Veux tu y gouter pour de bon?
Il est minuit L'heure du crime Tu n'as pas fui Ma belle victime
L'aiguilles des Secondes tourne Soleil, ne te léve jamais!
Ton parfum rendrait Le plus sain des hommes Totalement alliéné
Je ne désirai Que te posséder entiérement Mais je suis ton prisonnier

Je tient la derniére note pendant que je m'agenouille lentement devant devant ma soeur, comme le chevalier devant la princesse dans la chanson. Je stoppe ma voie dés que je pose mon second genou a terre et je garde la tête basse pendant quelque seconde. Puis je léve mon regard vers Mana. Qu'elle n'est pas ma surprise quand je voie ma soeur au bord des larmes, les joues rougient, la bouche a demi-ouverte. "Mana?" murmurai-je, me sentant mal. Elle ne répondit pas, mais continua de me regarder dans les yeux. Une larme coule de son oeil vert-marron, glisse sur sa joue, s'arréte sur son menton, tombe sur son sein gauche, et forme une petite flaque sur la table. Je regarde la larme être absorbée par la table en bois, puis je reléve mes yeux vers ma soeur. Ses yeux se mouillent de plus en plus, je fais ce que je peux pour savoir savoir ce qui ne veux. Toujours a genou, je lui demande: "Mana, qu'est-ce qui ne vas pas? Je t'en prie parle moi!" Je commence a me sentir trsite, triste de voir ma grande soeur, d'habitude inexpressive, avoir les larmes aux yeux devant moi. Je me recule un peu, pour m'agenouiller plus loin. Elle hocqueta, croisa les bras sur la tables, et plongea la tête dedans. Mana pleure toutes les larmes de son corps devant moi, tant est si bien que les larmes se reforment sur mon visage. Tout en pleurant, ma grande soeur parle, compréhensiblement*; "Je t'en prie, reviens...reviens. Tu me manques... Simon je t'en prie! je veux te revoir passer a coté des gens en les ignorants, je veux retourner t'espionner quand tu prend ton bain, je veux continuer a écouter tes chansons assise derriére ta porte, la nuit. Je veux que tu revienne! Par pitié!" Mana n'arréte pas de pleurer. Je contemple cette fille, pleurant et priant pour le retour de son frére.

Il n'y a pas de doute permis. Mana est amoureuse de moi, du vrai moi. Le garçon tsundere de 1 métre 80 a la longue chevelure blanche et au regard rouge intimidant, et complétement imberbe. Moi aussi, j'aime bien ce garçon. Mais maintenant, il ne fait que 50 centimétres, avec une chevelure de poupée et un regard pathétique. Mais je dois redevenir ce garçon, pour elle. Et dire que tout ça a commencé il y a 12 heures. Je m'avance vers ma soeur sanglotante, m'agenouille prés de son visage caché dans ses bras, approche mes lévres, et embrasse son front lisse. Les sanglots s'estompent. Je laissent mes lévres collés a son front pendant un petit moment, puis, doucement, je m'écarte. Je restent debout a quelques pas du corps inerte de ma soeur. Enfin, sa tête se souléve, s'éloigne de ses bras moillés par les larmes. Je peux enfin voir son visage rougis et ses yeux verts pleins de larmes. Elle me regarde avec stupeur. Sans rien dire, je croise les jambes, la droite derriére la gauche, je place ma main sur mon coeur, et je m'incline doucement. La seule cummunication que j'offrais a ma soeur auparavant. Je ne vois que ça a faire, pour la convaincre que je suis bien le Simon qu'elle a connu, mais je sais trés bien que rien n'était pareille qu'auparavant. Je veux juste apaiser sa douleur. Je tiens la position, puis elle se reléve, séche un peu ses yeux, et je suis heureux quand je la vois prendre les deux cotés de la hanche de sa robe de chambre, quand elle les léve légérement, et l'incline comme la princesse qu'elle était pour moi. A ce moment, je me rend compte que je suis impardonnable. 16 ans, et je n'ai jamis rien fait pour ma soeur, qui pourtant m'aimais a la folie. 16 ans passé a ne rien lui dire, juste a l'apprécier. 16 ans a l'ignoré, alors qu'elle m'aurait donné sa vie. Je veux me racheter pour cela, tout en restant celui d'avant.

Maintenant, je remarque que la musique que je viens de chanter était bien plus proche de notre situation actuelle que je n'aurais pus l'imaginer. Je sens une sensation dans mon ventre, comme quand on est stréssé. Je n'ai pas le temps de penser plus. Mon estomac se déchire, et je me plie en deux sous la douleur. Je léve les yeux vers ma grande soeur, qui se précipite sur moi, me prenant dans ses bras. "Non! Pitié, pas encore..." Son visage recommença a être triste. "Mana... Grande soeur... Je te promet que je reviendrait" lui murmurai-je. ET encore une fois, la douleur était tellement forte que des larmes coulérent sur mes joues, mais ce ne sont pas que les miennes. Mana pleure aussi. Je vais m'évanouir, quand je sens mon corps frotter contre le velour du pyjama. Je vais être encore plus petit. Je ne sais pas si je pourrais éxaucer le voeu de ma soeur, de ma princesse, mais je jure sur mon âme que je ferai tout pour la contenter et la rendre heureuse. Puis tout devint noir.



End Notes:

Voila pour ce chapitre. Je me demande si la romance a sa place dans le monde de la Géante, mais tente quand même le Paris. Ah et pour répondre a un commentaire qui m'a été envoyé, oui, je suis une fille

 

Enjoy

Retour a l'école. by AbyssofneantFR

Je regardais tranquillement Mana se préparer pour la dure journée qui l'attendait. Nous étions Lundi, les cours reprenaient. Je ne faisais plus que 5 centimétre de haut, mais je n'ai pas réduit du reste du Week-End. Et notre mère n'est pas revenue. Mana m'avait demandé hier si je voulais retourner au lycée avec elle. J'ai évidemment accepté, ne voulant pas être loin d'elle, mais en plus, je devait retrouver cette fille blonde, coûte que coûte.  "Tu es prête, petite soeur?" me demanda Mana, avec un sourire mesquin. Je frémit au surnom, et fit signe que oui avec la tête. Heureusement pour moi, les habits d'un certain Ken m'allaient parfaitement, a cette taille. Je put donc enfiler un tee-shirt, un jean et des chaussettes a ma taille. Un vrai bonheur. Je léve les yeux vers ma soeur, qui s'est habillée en maillot sans manche et mini-short. Comme par évidence, je rougit face a sa poitrine généreuse. Elle me tend la main. "Bien, donc, je compte sur toi. Rendez vous a l'accueil a 20h, d'accord?" remit-elle au point. Une fois au lycée, je partirait de mon coté, au sol, afin de trouver celle qui me hante. Ma petite taille me permettra de rester cacher, mais aussi d'être en danger. La prudence s'impose. Je saute dans la main douce de ma soeur, qui se referme sur moi, et me pose doucement dans la poche droite du mini-short. C'est chaud et grattant, mais le chemin n'est pas long.

 

Je sentait bien qu'elle avait peur de me faire du mal. Mana marchait plus lentement que d'habitude, en bougeant peu les hanches, malgré son attirail pour le moins sexy. Moi, j'étais sérré, j'avais chaud, et bien que je ne sois pas complétement écrasé, je me sentais térriblement impuissant, en ce moment même. Collé a la cuisse de ma grande soeur, dépendant entiérement d'elle...Je durcit rien qu'en pensant a cette soumission. L'air se fait soudain plus frais, et je prend une nouvelle bouffé d'air frais quand le pouce et l'index de Mana me sorte de sa poche. "Pardon, petite soeur...Je trouverai un meilleur endroit ce soir." légérement, elle se mit a me souffler dessus pour me raffraichir, en me mettant proche de ses lévres. Elle sentait la menthe, et son souffle froid était magnifique. Je ferme les yeux, et prie pour que ce moment ne s'arréte pas. Et pourtant. "Je te laisse ici." Elle me pose doucement a ses pieds, prés de la porte menant a l'intérieur, et resta accroupit. "Nous sommes en avance, il n'y a personne. Surtout, Surtout! Sois prudent, et ne te fais pas voir." Je fit un rapide oui de la tête, et Mana posa un baiser sur son index, avant de me le mettre sur la joue. Je rougit, et regarda ma titanesque soeur se relever, et monter les marches. Désormais, c'est a moi de jouer!

 

Rapidement, je passe sous la porte, et attérit dans le hall principale. Grande salle blanche avec une fontaine au centre, cernée de banc, et les quatres coins de la salle dressant de magnifique piliers. Jamais je n'aurais cru que marcher en ces lieux serait si long, un jour. Du haut de mes cinq centimétres, j'ai l'impression de ne pas avancer, mais je cours tout de même vers les bancs pour me mettre a l'abri. Une fois en dessous, je peux commencer a réfléchir. Je ne sais pas du tout qui est cette fille, ni de quelle classe elle peux venir. Mais si je l'ai vu en physique, il est probable qu'elle soit en filiére S. Je dois donc monter au troisiéme étage. A ce moment, je me rend compte que j'aurai pu demander a Mana de m'y déposer, mais ce n'est plus le moment d'y songer. L'ascenceur est ma cible, juste a attendre quelqu'un qui se décidera a monter. Je prend appuie dans le sol, et m'élance dans la grande salle encore vide.  Je ne sais pas si cela est dû a ma taille, mais, durant cette course, il ne m'a pas semblé que je sois a court de souffle, ou d'avoir l'envie de m'arréter, alors que je parcours plus de 700 métres a ma taille en sprint. Je suis a mi-chemin, quand j'entend soudain un lourd bruit de pas, faisant trembler le sol. Puis un autre, et encore un. Je tourne lentement la tête, pour voir madame Bertrand, la professeur de sport des 6émes, venir dans ma direction.

 

Je dois bouger, bordel! Si elle me voit, je ne sais rien de la suite! Vivement, je reprend ma course, mais le talon gigantesque claque devant moi, et m'envoie sur le dos, laissant la culotte de la femme mûre apparaitre sous sa jupe. Je rougit un peu, mais peu de temps. La femme brune titanesque continue son chemin, vers le couloir pour la salle des profs. Je me reléve en reprenant respiration, et atteint sans encombre l'ascenceur. Devant les grandes portes métalliques, il ne manque plus que quelqu'un pour les ouvrirs... Patience, Simon. C'est tout ce qu'il me faut. Je m'assois contre la porte, et croise les jambes. Dans dix minutes, l'enfer commence. Surtout que je suis coté collége, ils sont plus jeunes et plus nombreux. Et plus bruyant. La cloche retentit, c'est partit. En un instant, le hall a l'instant calme explose en un brouhaha énorme. Des dizaines de collégiens rentrent dans l'enceinte de l'école. Filles comme garçon. Je reste bien caché, avec seulement quelques individus passant deci delà. Je crois que je commence a avoir peur, en réalité. Au bout de 5 minutes, le ramdam se calme, et seuls quelques retardataires de proméne. Soudain, une jeune fille, surement une sixiéme, aux traits fins et a la chevelure blonde mi-longue ouvre la porte de l'ascenceur. Lorsqu'elle rentre, je m'engouffre a ses cotés

 

La fille est en jean et en maillot sans manche, avec des chaussures de ville fermées mais fines. De là où je suis, même pour une fille si jeune, elle est magnifique. Je me décalle pour voir sur le coté, et rougit de voir a quel point elle est fine et paraissant fragile. Mais je me fige quand son regard vert porte soudainement sur ma direction. "Que..." poussa t-elle en soupirant. Je pâlit. Elle m'a vu? Je ne sais pas, mais elle reste figée. Puis, un sourire, plutot sadique. Elle approche son pied de moi, et je commence a reculer, vers le mur. Pas de doute, elle m'a vu. Collé dans un coin, la chaussure s'arrête juste devant moi. Une perle de transpiration goutte sur le coté, en regardant la géante. "Une poupée" dit-elle en souriant Joyeusement. Avant que je n'ai pu faire quoi que ce soit, la pichenette de la géante jeunette m'assome.

This story archived at http://www.giantessworld.net/viewstory.php?sid=3631